Albert-Kahn, musée et jardin départementaux: Forêt vosgienne

Vous êtes ici : Accueil › Jardin › Les différents jardins › Forêt vosgienne

La forêt vosgienne

  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Invitation au voyage dans la région des Vosges


Le caractère remarquable de ce jardin réside dans l’évocation de vastes paysages sur une petite surface. La « forêt vosgienne » en est une parfaite illustration : en effet, sur 3 000 m², elle reproduit un espace qui, dans la région des Vosges, occupe près de 800 000 hectares. Au coeur de l’Île-de-France, cette scène sylvestre est une invitation au voyage.

La forêt vosgienne, créée sur une parcelle acquise en 1902, est directement liée à la vie d’Albert Kahn, originaire de la ville de Marmoutier dans le Bas-Rhin. Il a souhaité reconstituer, là, un décor montagneux, chargé de souvenirs d’enfance volés par la guerre de 1870. Les deux versants, lorrain et alsacien, du massif des Vosges y sont aujourd’hui représentés.

Selon les témoignages, de gros blocs de granit et des arbres déjà de grande taille ont été transportés des Vosges par wagons spéciaux et ont obligé à démonter momentanément les fils électriques du quartier durant leur installation.

 

Forêt vosgienne au matin© CG92/Willy LABRE

Composition paysagère


Le « versant lorrain », conçu à l’époque d’Albert Kahn, est caractérisé par la présence de nombreux épicéas verts. Ces conifères sont mêlés à quelques feuillus (charmes, hêtres, noisetiers et chênes). Dans le sous-bois, le lierre et les fougères jonchent le sol et, à la belle saison, les digitales bordent le chemin. Au printemps, le sol est tapissé de narcisses, rappelant la fête traditionnelle des jonquilles dans les Vosges. Le tout est planté entre de gros blocs de granit rose évoquant les Hautes Vosges. Au centre du versant lorrain, se découvre un ravin sec. Son chemin de roches conduit le regard vers la serre.
Pour parfaire le décor sylvestre, le relief est accidenté et les sentiers sinueux. Sous la neige, l’effet est si convaincant qu’un visiteur s’y promenant pourrait douter qu’il n’est qu’à quelques pas de Paris : il est bien dans « Les Vosges », comme l’a souhaité Albert Kahn.

Dans le « versant alsacien », qui est une création contemporaine, les végétaux et les minéraux se distinguent mais répondent aussi à ceux du versant lorrain. Là, pins sylvestres, pins noirs de Corse, chênes sessiles et hêtres communs se développent dans un décor de grès rose. À la différence du granit, ce grès des Basses Vosges est une roche dont le relief est cassant. De longues strates de grès qui composent un chemin creux, et le dénivelé, créé artificiellement, dissimulent les bâtiments alentours, surplombent le visiteur et suscitent ainsi chez lui le sentiment de solitude, d’éloignement et de paix des grandes forêts.

Afin de restaurer la forêt vosgienne créée par Albert Kahn au début du XXe siècle, les arbres ont progressivement été remplacés depuis les années 1990. Gérer un patrimoine vivant tel que la forêt vosgienne reste pourtant délicat et aléatoire. Malgré les soins attentifs que les jardiniers lui apportent, ce paysage a inévitablement évolué depuis sa création. La nature est imprévisible et ses éléments incontrôlables : la tempête de 1999 et les dégâts considérables qu’elle a causés dans la forêt vosgienne en sont une illustration concrète.

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

La forêt vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal BEDEK

La forêt vosgienne

© CG92/Willy LABRE

La forêt vosgienne

© CG92/Willy LABRE

La forêt vosgienne

© CG92/Willy LABRE

La forêt vosgienne

© CG92/Willy LABRE

La forêt vosgienne

© CG92/Willy LABRE

La grange vosgienne

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

Restauration après la tempête de 1999


Le décor qui se découvre dans la forêt vosgienne au lendemain de la tempête de 1999 est apocalyptique. Les arbres ont été brisés et sont tombés au sol soulevant avec leurs racines de grandes galettes de terre. Le premier sentiment devant l’enchevêtrement inextricable des troncs est le découragement mais, malgré l’ampleur des dommages, l’envie de reconstruire prend rapidement le dessus.
Au nord-est de la forêt vosgienne, la Direction des parcs, jardins et paysages du département dispose d’un terrain de 1 000 m². Elle décide d’y créer le versant alsacien de la montagne des Vosges pour compléter le versant lorrain, créé par Albert Kahn au début du XXe siècle. Le projet consiste d’abord à analyser différentes images d’archives prises en 1910 et 1950. Puis, pour restituer fidèlement les atmosphères du massif forestier vosgien (ses senteurs, ses singularités…), le paysagiste et le chef jardinier chargés du site se rendent en Alsace. Sur place, ils choisissent le grès et les végétaux qui serviront à reconstituer ce paysage à Boulogne.
Démarrée en 2000, la restauration de la forêt vosgienne se termine en 2002. Sa reconstruction nécessite l’intervention d’une cinquantaine de professionnels. Ingénieurs, élagueurs, fontainiers, jardiniers… se relayent pour évacuer les arbres abattus, déblayer les terres impropres, niveler le terrain, répartir 650 conifères et feuillus et positionner 150 tonnes de grès. De véritables prouesses techniques qui permettent à cet espace unique de renaître et de retrouver peu à peu l’atmosphère qu’il offrait avant la tempête.

Forêt après la tempête de 1999 

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal ROGATIONS

Sous la neige


Sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

FORET VOSGIENNE


1 2 3 4

Site Internet du conseil départemental des Hauts-de-Seine

albert-kahn.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine